LA BELLIFONTAINE

Retrouvez ici toute l'actualité de la formation et de la sécurité routière

Que risque-t-on à ne pas mettre le clignotant ?

Auto-moto nous informe sur les différentes sanctions que nous encourons à ne pas utiliser le clignotant comme prévu à l'article R412-10 du code de la route.

En savoir plus

Un arrêté modifie des affections médicales incompatibles avec l’obtention ou le maintien du permis de conduire ou pouvant donner lieu à la délivrance de permis de conduire de durée de validité limitée.

Cet arrêté permet la prise en compte d’innovations scientifiques et technologiques afin d’ouvrir l’accès à la conduite, y compris de véhicules lourds, à des personnes ayant des incapacités physiques ou auditives importantes. Il en est de même pour les personnes qui présentent un diabète, seuls les conducteurs sous traitement avec un risque d’hypoglycémie devront se soumettre à un contrôle médical périodique. A l’inverse, il précise que certaines affections médicales sont incompatibles avec la conduite de manière temporaire ou définitive.

 

En savoir plus

Un citoyen de nationalité française qui instaure sa résidence principale en Espagne peut-il conduire avec son permis de conduire français en Espagne ?

La réponse dans cet article.

Les auto-écoles manquent de formateurs

Les professionnels de l'enseignement à la conduite tirent la sonnette d'alarme : il manquerait actuellement 12 000 formateurs dans l'Hexagone. Numéro un du secteur, le réseau ECF entend trouver dans les prochains mois 1 500 nouveaux collaborateurs.

En savoir plus

Vous souhaitez devenir moniteur auto-école ? 

Notre centre de formation qui existe depuis 13 ans vous forme aux métiers de moniteur auto, moto et poids lourd ! 

 

Renseignez vous ! 

Les cyclomobiles légers :

Nouveaux véhicules en ville

Une modification du code de la route légalise l'utilisation des “cyclomobiles légers”, sous catégorie des cyclomoteurs.

Retrouvez ici toutes informations.

Automobilistes, ce qui vous attend en 2022

 

Malus écologique, radars, prix des péages et bien d'autres encore.

Retrouvez dans l'article d'auto-moto ce qui  qui nous attend cette année.

Alors que le traditionnel « hibou » va prendre sa retraite, un autre radar mobile plus performant s’apprête à prendre la relève.

Après la radars-tourelles et sa version miniature dédiée aux agglomérations, c’est un autre type de radar qui fera ses premiers pas sur le bord des routes dans les prochaines années. Au premier abord, celui-ci ressemblera au célèbre « hibou », surnom donné au Mesta 210C, qui s’apprête à prendre sa retraite après plus de 14 ans de bons et loyaux services. Et bien sûr, celui-ci ne laissera pas de vide très longtemps, comme l’affirment nos confrères de Radars-Auto.com. Il sera en effet remplacé par un modèle évidemment plus performant, mais surtout plus polyvalent, puisqu’il sera notamment capable de verbaliser depuis le haut des ponts, ce qui n’était pas possible auparavant, hormis avec les fameuses et tant redoutées jumelles. Mais celles-ci doivent alors être obligatoirement tenues par des policiers, ce qui est évidemment moins pratique, mobilisant ainsi plus de personnel. Ce nouveau radar pourra alors être simplement posé, flashant alors tranquillement les automobilistes en excès de vitesse.

Mise en service dans deux ans

A vrai dire, on en sait pour l’instant assez peu sur les spécifiés techniques de ce nouveau dispositif en verbalisation, mais selon nos premières informations, il sera notamment capable d’identifier quel véhicule est en faute dans le flot de l’autoroute. Il sera également en mesure de faire la différence encore un véhicule léger et un poids-lourds et pourra contrôler la vitesse, bien sûr, mais aussi le non-port de la ceinture de sécurité ou le franchissement d’une ligne continue. Bien entendu, il pourra aussi être installé dans le coffre d’une voiture et servir de radar embarqué, ou sur un trépied installé sur le bord de la route. Cependant, vous pourrez encore rouler tranquillement pendant quelques temps, puisque ce nouveau radar ne devrait pas arriver sur les routes avant 2023 au moins. Et pour cause, le marché public de déploiement n’a pas encore été annoncé, et il faudra encore pas mal de temps pour que ce nouveau dispositif soit développé et rendu opérationnel.

SECURITE ROUTIERE

Les voitures radars privées déployées dans quatre nouvelles régions en 2022

Déjà présentes dans huit des treize régions de France métropolitaine, les voitures radars privées doivent être étendues à quatre régions supplémentaires dès l’an prochain : l’Ile-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’Occitanie.

TRANSPORT

VUL : attention à la surcharge !

Avec le permis B, il est possible de conduire un véhicule jusqu’à 3,5 tonnes de PTAC (poids total autorisé en chargement). Ce n’est pas seulement une amende que risque le conducteur, mais aussi des mesures plus graves.

- ETUDE : En France, l'âge est l'un des principaux freins à la formation des adultes

Source : Le Quotidien de la Formation (01/03/21)

Le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (Cedefop) a réalisé une enquête d'opinion dans plusieurs États membres entre mai et juillet 2019 sur l'image que les Européens ont de la formation des adultes et de la formation continue. Selon les données recueillies, "89 % des personnes interrogées en France ont déclaré que la formation des adultes devrait être un domaine d'investissement prioritaire pour le gouvernement". 90 % jugent que "leur emploi leur impose constamment de maintenir leurs compétences à jour", soit autant qu'en Allemagne (91 %) et plus qu'en Italie (84 %).

Par ailleurs, l'étude intitulée "Perceptions sur l'apprentissage des adultes et l'enseignement et la formation professionnels continus en Europe" précise que la principale raison invoquée pour ne pas participer à des formations en France est "le sentiment d'être trop âgé" alors qu'en Europe, les personnes interrogées "n'en voient pas la nécessité". D'autres motifs de freins à la formation sont donnés, en France, comme dans le reste de l'Europe : absence d'informations, moyens financiers insuffisants, manque de temps, contraintes familiales, programmes inadéquats... Les mesures mises en place pour résoudre ces problemes (financement, octroi de temps) sont bien perçues.

Les fédérations de transporteurs se mobilisent ensemble pour sauver le Transport Routier de Voyageurs :

Source : TRM 24 du 09/03/21

Plusieurs fédérations de transporteurs, la FNTV, l’OTRE et l’UNOSTRA ont décidé de se mobiliser ensemble pour sauver les autocaristes qui, contrairement aux entreprises de transport de marchandises, sont pour la plupart à l’arrêt. Elles souhaitent alerter le gouvernement de la mauvaise santé des entreprises du secteur et demandent davantage d’aides de la part de l’Etat.

« Les autocaristes vont devoir assumer la reprise des échéances financières mensuelles de leurs véhicules, sans la moindre activité  » préviennent les organisations dans un communiqué commun soulignant que le tourisme en autocar a perdu plus de 80 % de chiffre d’affaires en 2020. « Aucun signe tangible de reprise du tourisme n’est constaté depuis bientôt un an et les perspectives s’annoncent très lointaines » ajoutent- elles.

Les fédérations admettent cependant que le maintien des dispositifs d’aides « vitales » pour les entreprises au premier semestre 2021 est une excellente chose mais estiment que les très nombreuses TPE,PME et ETI du TRV sont en danger réel de disparition à très court terme.

Dans le cadre des aides instaurées par l’Etat, les fédérations demandent la suppression du seuil de 1 million d’euros de chiffre d’affaires mensuel et d’isoler l’activité du tourisme pour déterminer l’éligibilité aux aides. L’intégration des investissements lourds en matériels, et principalement les véhicules, dans les charges fixes indemnisables dans le cadre de ce dispositif (amortissements, crédit baux, locations financières) permettrait ainsi aux entreprises de pouvoir redémarrer lorsque l’économie repartira. Aussi, le dispositif de prise en charge du chômage partiel à 100 % doit être prolongé au minimum jusqu’au 30 juin 2021.

Par ailleurs, de très nombreuses entreprises sont exclues du fonds de solidarité et de l’aide complémentaire compensant les charges fixes du fait de la diversité de leurs activités alors qu’elles avoisinent, sans les atteindre, les 50% de pertes de chiffre d’affaires nécéssaires pour en bénéficier. C’est pourquoi le secteur demande à l’Etat la possibilité d’isoler le chiffre d’affaires lié au tourisme pour déterminer l’éligibilité aux aides.

« Le Transport Routier de Voyageurs, dont l’activité́ dépend en grande partie du tourisme, est la pierre angulaire du tourisme de groupes en France. A ce titre, il doit demeurer dans la liste des secteurs les plus sinistrés à protéger, faute de signe de reprise attendu d’ici au mieux 2022. Aucune entreprise du Transport Routier de Voyageurs ne doit disparaître ! » insistent les fédérations.

Le transport routier de marchandises veut séduire :

Source : ACTU TRANSPORT LOGISTIQUE

"Aux routiers : vous êtes indispensables à la chaîne logistique, et donc à la France". Tweetée en plein second confinement, cette déclaration d’amour inedite de la part d’un ministre chargé des Transports, en l’occurrence Jean-Baptiste Djebbari, illustre bien à quel point la crise sanitaire a mis en avant la profession. Une reconnaissance officielle largement relayée sur les réseaux sociaux autour de hashtags tels que "On roule pour vous".

Ambassadeurs du transport

Or cette mise en lumière intervient alors que tous les organismes de la branche sont engagés dans une mobilisation d’une ampleur inédite pour changer l’image du transport routier. "C’est une de nos missions régaliennes, mais la crise du Covid nous a conduits à développer de nouveaux outils", explique Valérie Dequen, déléguée générale de l'AFT.

En 2020, grace au maintien d’actions en présentiel mais aussi à des webinaires, l’organisme a pu sensibiliser près de 18 500 personnes grace à 879 événements. Un mix entre présentiel et virtuel poursuivi en 2021. Depuis septembre, l’AFT a aussi généralisé la démarche Ambassadeurs du transport née en 2019 dans les Hauts–de-France. Les entreprises qui signent sa charte s’engagent à conduire au moins une action de promotion des métiers. De 22 entreprises "chartées" à la fin 2020, le nombre de devrait passer à 60 en 2021.

SECURITE EN ENTREPRISE – Portail documentaire de l’INRS

Le portail documentaire de l'INRS a pour objectif de recenser et de signaler les ressources documentaires et la littérature scientifique et technique française et étrangère en matière de prévention des risques professionnels, de sécurité et de santé au travail.

Il propose de nombreuses fonctionnalités permettant de réaliser une veille sur ces sujets.

https://portaildocumentaire.inrs.fr/

REGLEMENTATION – Angles morts

Obligation de signalisation sur les véhicules de plus de 3.5 tonnes

Dans le cadre de la Loi Orientation et Mobilité, l’arrêté sur les modalités de la signalisation des angles morts des poids lourds, des bus et des cars a été publié le 06/01/21 au JO. Ces véhicules doivent désormais apposer une signalisation matérialisant leurs angles morts, pour mieux les indiquer aux usagers vulnérables qui circulent à proximité.

Lien pour obtenir l’arrêté du 06/01/21 :https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042865682

Retrouvez le tutoriel réalisé par l’Union TLF illustrant les modalités d’apposition de la signalisation "angles morts" en fonction du type de véhicule :

Lien du tutoriel :https://www.e-tlf.com/wp-content/uploads/2020/12/Tutoriel-TLF-emplacement-etiquettes-angles-morts.pdf

Ce qui change à partir du 01 janvier 2021


Source : Ministère du Travail, mise à jour le 31/12/20
https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/article/ce-qui-change-a-partir-du- 1er-janvier-2021-droit-du-travail-emploi-formation

Transport Routier de Marchandises « ce qui vous attend en 2021 »
Source : trm24.fr du 04/01/21
TRM24 détaille les principales mesures 2021 sur
https://trm24.fr/trm-ce-qui-vous-attend-en-2021/

MON COMPTE FORMATION :

Evolution des Conditions Générales d’Utilisation – V3

https://www.of.moncompteformation.gouv.fr/espace-public/sites/default/files/2020-12/CGU%20V3.pdf

COVID : COUVRE-FEU

Pour les agences qui organisent les circulations pour les formations TRANSPORT de 06H00 à 20H00, l’employeur doit remplir pour ses formateurs l’attestation permanente de déplacement (entre le domicile et le lieu d'exercice de l'activité professionnelle entre 20h et 6h) :
Téléchargez le justificatif sur :
https://bit.ly/2LGorEh
Les stagiaires eux, doivent remplir l’attestation qu’ils peuvent télécharger sur :
https://media.interieur.gouv.fr/attestation-couvre-feu-covid-19/
L’activité formation est prévue (à la demande de la FFP) : "Déplacement entre le domicile et ... ou le lieu d'enseignement et formation..."

SECURITE EN ENTREPRISE : Chaussures de sécurité, quelles normes s’appliquent ?

https://www.securinorme.com/prevention-au-travail/187-chaussures-de-securite-quelles-normes-s-appliquent

EMPLOI / FORMATION :

1°) – Vidéo du talk-show Pôle emploi sur la Formation Professionnelle et la Reconversion
Comment ça marche ? Qui peut en bénéficier ? Qui finance la formation ? Doit-on être salarié ou demandeur d’emploi ? Durée : 34 minutes

 
Lien : https://www.youtube.com/watch?v=and6PrJ4OI4&feature=youtu.be

TRANSPORT :

1°) - ANGLES MORTS

Le dispositif « Angles morts » entrera en vigueur au 1er janvier 2021 conformément au décret n° 2020-1396 du 17 novembre 2020.
Rappel : Un arrêté doit valider le modèle d’autocollants ainsi que les endroits où l’apposer selon le type de véhicule, mais cet arrêté devrait paraître que le 5 janvier 2021, soit 5 jours après la date légale de mise en place du dispositif (les organisations professionnelles se battent pour reporter l’obligation).

En attendant, des tutoriels sortent avec les modalités d’apposition de la signalisation :
A – Tutoriel 1 de TLF illustrant les modalités d’apposition de la signalisation Angles morts en fonction du type de véhicule
 
https://www.e-tlf.com/wp-content/uploads/2020/12/Tutoriel-TLF-emplacement-etiquettes-angles-morts.pdf

 

B - Tutoriel 2 de la Fédération Française de Carrosserie Industrie et Services :


https://www.ffc-carrosserie.org/actualite/tutoriel-express-pour-la-signalisation-angles-morts-au-1er-janvier-2021/

Les transporteurs de voyageurs se préparent à rajeunir leurs conducteurs
Source : Les Echos le 08/12/20
Anticipant la reprise économique, les entreprises de transport en commun sur route attendent avec impatience la parution du décret qui permettra de former les conducteurs à partir de 18 ans. Pour mieux répondre aux difficultés chroniques de recrutement d'une profession qui veut également infléchir sa pyramide des âges.
Le métier en tension de conducteur de transport de voyageurs va pouvoir toucher un public plus jeune dans les prochains mois. Cette évolution demandée par la profession sera possible dès la parution, annoncée comme imminente, d'un décret interministériel autorisant de façon dérogatoire la conduite des autocars et autobus à partir de 18 ans, contre 21 ans actuellement.
« Il y a une vraie attente. Cette évolution, c'est nous qui l'avons demandée car on est en manque de conducteurs. La barrière de 21 ans nous fait perdre beaucoup de jeunes qui partent vers le transport de poids lourd », explique Jean-Sébastien Barrault, le président de la Fédération nationale des transports de voyageurs, qui représente 1.500 entreprises et plus de 100.000 salariés.

Manque d'attractivité
« Pour certains, le métier manque d'attractivité, avec des salaires, il est vrai, peu élevés, le fait de parfois commencer tôt le matin et travailler le week-end, avec des plannings qui peuvent changer d'une semaine sur l'autre », admet Denis Collomb, dirigeant de la société stéphanoise Cars SRT. « A la Maison de l'emploi de Saint-Etienne, lors des présentations mensuelles des métiers du transport et de nos formations, 5 % du public au maximum se montre intéressé par le transport voyageurs », abonde Franck Bejoint, directeur du centre de formation Aftral de la Loire, qui forme entre 80 et 100 conducteurs par an. Tout en nuançant : « le renouvellement de l'effectif ne peut pas reposer que sur des jeunes. Il y a un gros travail à faire sur l'image. » Cogérant des Transports Flouret, à Roche-La Molière (Loire), David Mengis pense qu'une partie de la solution viendra de l'arrivée de plus de femmes, qui ne représentent actuellement que 12 % des conducteurs, car, « avec elles, on constate sur le transport scolaire moins de conflits qu'avec les hommes ».